LE GENRE IDÉAL

Au Louvre, la salle des Caryatides présente une foule de marbres antiques. L’espace est conçu à la Renaissance pour accueillir une salle de bal. À l’époque, pas de statues grecques à admirer, mais des partenaires à inviter pour la prochaine danse. Un orchestre placé sur le balcon devait alors animer le tourbillon de la séduction…. Continue reading

RIEN N’EST STATUÉ

La statue de la République est inaugurée en 1883. Depuis les hauts-de-forme de la IIIe République jusqu’aux semelles compensées de la Gay Pride, elle en a vu défiler du monde : profs fatigués, réfugiés perdus, médecins étouffés, citoyens indignés. Toute une foule contestataire venue d’un bouquet de boulevards ralliant l’esplanade : Saint-Martin, Magenta, Temple, Voltaire… En… Continue reading

BONTÉ EN RUINES

Bains publics, aqueducs, portiques, villas, obélisques… La production d’Hubert Robert ressemble parfois à un diaporama de la Rome Antique. Surnommé « Robert des ruines », ce préposé aux vestiges reste un peintre méconnu. Ses architectures dévastées repousseraient-elles les regards ? L’artiste est pourtant un bâtisseur, un visionnaire. Lorsqu’il peint la Vue de la Grande Galerie… Continue reading

INJUSTES NOCES

Le Louvre aime Poussin, des salles entières lui sont consacrées. On y voit ses personnages défilant dans leurs toges colorées : Les Sabines se font enlever, Diogène balance son écuelle, Saphire est foudroyée, Moïse est sauvé des eaux… Des épisodes bibliques ou antiques qui n’en finissent plus de vieillir, la faute à un classicisme poussiéreux qui ne serait plus capable… Continue reading

EN PLEIN DANS L’ÉMILE !

Élisabeth Vigée Le Brun prend la pose avec Julie, sa fille de 6 ans. C’était l’âge de l’artiste lorsqu’elle fut récupérée chez la nourrice par ses parents. À son époque, les géniteurs prospères n’hésitent pas à déposer leurs mômes chez une nounou des années entières. Pourquoi s’encombrer la vie à changer des couches et à… Continue reading

CÉCITÉ DANS LA BIBLE

Au Louvre, l’exposition « Une brève histoire de l’avenir » propose d’esquisser une trajectoire de l’aventure humaine. Une aventure aventureuse, pas toujours cyclique, rarement linéaire et souvent cabossée. Pour illustrer le propos, les commissaires ont accroché une copie de La Parabole des aveugles (1568), peinture reflétant les choix hasardeux de l’Homme, éternel ignorant face à son avenir. Pour… Continue reading

LA ROUE DE L’INFORTUNE

Poussin a une réputation d’artiste compliqué. Le Peintre des gens d’esprit ne s’adresserait qu’à une matière grise finissante, repoussant une plèbe au QI de mollusque bien incapable de comprendre son art. Entre les références philosophiques et les drapés antiques tirés comme des rideaux fermés, il nous serait donc impossible d’entrer… Pourtant, on peut aussi le voir comme le Peintre… Continue reading

KYSTE EN MAJESTÉ

La Grande Galerie du Louvre, c’est un peu la frise chronologique de l’art italien. Une frise de quelques centaines de mètres qui démarre avec de petites huiles sur bois aux profils médaillés en prière pour s’achever avec des Apollon protéinés luttant sur des toiles grandes comme un ring baroque. Sur le Portrait d’un vieillard et d’un jeune… Continue reading

L’AUBERGE DE (FIN DE) JEUNESSE

Au Louvre, les petites salles prunes de l’Ecole du Nord présentent une multitude de scènes de genre géniales. Un quotidien corrosif et cocasse où se côtoient arracheurs de dents crispés, alchimistes préoccupés, maîtres d’école dépassés et villageois avinés. Certaines scènes sont assez crues. Dans La Kermesse (1635), Rembrandt présentent des villageois qui éructent dans un coin… Continue reading

UN PORTRAIT PAS PIQUÉ DES VERRES

C’est bien connu, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. La collection d’autoportraits du Louvre ne fera pas mentir l’adage. Poussin, David, Rembrandt, Chassériau, La Tour, Delacroix, Dürer… Tout ce petit monde s’est un jour planté devant un miroir pour offrir ses traits à l’éternité. Si la plupart d’entre eux se représente avec les… Continue reading