LE FILS À LA PATTE

Voici Œdipe planté face à la Sphinge, monstre femelle avec un corps de lion, des ailes et une queue de dragon. La terrible bête va bientôt être chassée par l’envoyé spécial de Thèbes. Pour l’heure, la cité grecque est dans une mauvaise passe. Son roi Laïos vient d’être tué sur la route de Delphes alors qu’il s’en… Continue reading

L’HISTOIRE SANS VIN

Au Louvre, le monde entier file vers la salle de la Joconde pour découvrir la toile superstar de Léonard. Pourtant, autour du célèbre sourire florentin, il y a aussi toute la crème vénitienne : Titien, Tintoret, Bassano et bien sûr Véronèse… Une quinzaine de ses toiles y sont accrochées, dont Les Noces de Cana. Pour… Continue reading

ECZÉMA DE CONSCIENCE

Au Louvre, la salle des grands formats néoclassiques présente de nombreux drames antiques mis en scène par David. Sur les toiles, les gestes sont grandiloquents : Andromaque implore le ciel de lui rendre Hector alors que la femme de Brutus découvre effondrée le corps de ses fils. Partout, on se blottit entre survivantes dans le bref… Continue reading

L’OR DE VÉRITÉ

Au Louvre, l’exposition “Vermeer et les maîtres de la peinture de genre” nous présente certaines oeuvres de Gérard Dou. Sa spécialité ? De minuscules narrations comme la Ménagère et le Peseur d’Or. Avec La Femme Hydropique (1663), le maître de la peinture « fine » nous présente un salon de 68 cm où l’on découvre un médecin en pleine analyse… Continue reading

L’ORACLE DE DELFT

L’Astronome ou plutôt L’Astrologue (1668). Voilà un titre qui hésite entre deux options pourtant bien distinguées par le dictionnaire : « Astronomie (n.f.) : Science qui étudie les positions relatives, les mouvements, la structure et l’évolution des astres » – « Astrologie (n.f.) : Discipline ayant pour objet l’étude des corrélations entre la configuration, la… Continue reading

LIBERTÉ SURVEILLÉE

Au Louvre, les salles dédiées à la peinture française font défiler les maîtres du XIXe siècle : David, Ingres, Géricault, Delacroix, etc. Tous nous présentent leur époque, parfumée de leur style… Deux salles du parcours présentent les toiles d’un romantique moins connu : Théodore Chassériau. Si la première pièce capte les couleurs chaudes du ciel oriental, la seconde nous… Continue reading

Y’A PAS DE LÉZARD ?

Au Louvre, le marbre de la salle des Caryatides est incontournable, un peu comme le verre de la galerie des Glaces ou le cuivre d’une fanfare. Parmi les sculptures grecques exposées-là, un célèbre musicien se déhanche sur la piste. C’est l’Apollon Sauroctone qui, pour cette fois, a posé sa cithare pour taquiner un petit lézard. Le sculpteur Praxitèle… Continue reading

BAS LES PATTES !

Géricault n’a pas seulement peint le Radeau de la Méduse. Il serait d’ailleurs bien dommage de réduire toute son oeuvre à ce “hit”. Ce serait résumer Beethoven à l’Hymne à la Joie ou Les Rolling Stones à Satisfaction. D’ailleurs, en terme de joie ou de satisfaction, Géricault préfère largement les chevaux pur-sang aux chaloupes percées. Il va peindre l’animal… Continue reading

BANDES À PART

Au Louvre, les antiquités égyptiennes occupent une sacrée place. Écriture, agriculture, croyances, bijoux, transport : tous les thèmes de la vie sont ici, la mort y compris. La grande inconnue de l’after show a suscité pas mal d’interrogations et de créations. Le Louvre en expose de toutes les tailles : de la plus petite amulette… Continue reading

DELACROIX ET LA BANNIÈRE

Au Louvre, une grande salle rouge fait la part très belle aux romantiques. Parmi les immenses formats défilent Géricault, Chassériau ou Delacroix. Les toiles de ce dernier ne forcent pas toujours la joie : Scènes de Massacres à Scio, Dante et Virgile aux enfers, La mort de Sardanapale, Le naufrage de Don Juan… On découvre l’Homme prisonnier de… Continue reading

UN MÂLE INCURABLE ?

Pour désigner les mœurs de l’époque de Fragonard, on lit souvent les mêmes mots : galant, badin, coquin, fripon, ravisseur, grivois… Une sémantique « pot de miel » qui vient invariablement qualifier les toiles de l’artiste, friand de ces lubriques mises en scène où les messieurs regardent sous les jupes des filles. Des filles souvent confinées… Continue reading

UN PORTRAIT PAS PIQUÉ DES VERRES

C’est bien connu, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. La collection d’autoportraits du Louvre ne fera pas mentir l’adage. Poussin, David, Rembrandt, Chassériau, La Tour, Delacroix, Dürer… Tout ce petit monde s’est un jour planté devant un miroir pour offrir ses traits à l’éternité. Si la plupart d’entre eux se représente avec les… Continue reading

PRIÈRE D’ENTRÉE

Au Louvre, les natures mortes de Chardin s’arrêtent sur tous les détails de la maison : un chaudron de cuivre renversé sur le carrelage, un panier de prunes posé sur le buffet, un fond d’assiette oublié sur la nappe… Mais parfois, le peintre recule la toile pour attraper dans son cadre la vie du foyer. Il s’agit souvent… Continue reading

LE TRIOMPHE DE L’ARC

Lorsque Bouchardon achève L’Amour se faisant un arc de la massue d’Hercule, sa renommée est déjà faite. Collectionné par les grands noms du moment, le sculpteur réalise tout : buste, calvaire, fontaine, statue monumentale… Bouchardon ploie sous les commandes mais il a du ressort, comme l’arc de son Cupidon. C’est le roi Louis XV qui lui commande… Continue reading