COMME DE L’EAU DE ROCHE

COMME DE L’EAU DE ROCHE

La Vierge aux Rochers

“La Vierge aux Rochers” par Léonard de Vinci (1483-1486) – Musée du Louvre

Lorsque le roi Hérode décide de découper tous les nourrissons de Bethléem, Jésus n’est pas le seul à fuir en famille. Son cousin Jean-Baptiste est aussi dans la tranche concernée. La Vierge aux Rochers nous présente d’ailleurs les deux nourrissons en exil, sans nous raconter exactement ce qui se joue entre les sombres cailloux.
Certaines hypothèses ont tenté d’y voir plus clair. L’une d’elles suppose que Jean-Baptiste aurait déjà perdu sa maman Elisabeth qui venait de le cacher dans une grotte. L’archange Uriel l’aurait alors élevé avant d’être adopté par Marie. Nous y voici.

La Vierge aux Rochers

“L’instant” par Aschaft (Wipplay.com)

En roche de soirée

L’archange protecteur aux allures de sphynx nous fait entrer dans le cercle des invités. En suivant son regard, chacun pourra survoler sans mal le précipice du premier plan. Son doigt pointe Jean-Baptiste agenouillé sur les plantes qui adresse une prière vers son cousin. Le petit Jésus aux fesses potelées lui offre sa bénédiction alors que l’ange l’empêche de tomber dans le précipice. Placée au centre, Marie vient compléter le jeu de mains. Cette figure protectrice place ses gigantesques paumes au-dessus des cousins.

Drapée dans une vague bleu nuit, la Vierge en roche de soirée fait figure d’Immaculée Conception. Dans le Cantique des Cantiques, elle est comparée à une colombe, qui se tient dans l’abri des parois escarpées. Sa fécondité inopinée est évoquée en la comparant à “la pierre scindée par une main non humaine” ainsi qu’à une “montagne éminente, intacte et cristalline“. Parmi les parois rocheuses, son visage à la pente sereine rassure. Ses yeux glissent doucement vers le repli doré de sa robe. La forme est indéterminée, à mi-chemin entre le croissant lunaire et un couffin déserté.

La Vierge aux Rochers

“Il était une fois demain” par Adrien (Wipplay.com)

A l’arrière-plan, une cascade s’échappe de la roche comme un autre clin d’oeil à la pureté de la Vierge. Dans le décor, le végétal s’avère aussi bavard que le minéral. Sous les feuilles des plantes, les pages de la Bible défilent : les ancolies derrière Marie renverraient à la venue du Saint-Esprit, les primevères près de Jésus symboliseraient son amour, les millepertuis aux pieds de Jean-Baptiste pourraient annoncer sa décapitation… Pourtant, malgré tous ces religieux indices, le jeu de mains si bien ordonné ne nous cache-t-il pas autre chose ?

Des rochers et des caillasses…

En 1483, des franciscains milanais commandent à Vinci et aux frères Prédis la décoration d’un retable pour leur église San Francesco Grande. Pour 800 lires, les moines veulent une Madone centrale et des peintures dorées partout (colonnes, sculptures, linteaux, etc.). Avant même d’attaquer la Madone, les artistes consument tout le budget. Aïe. Pour le panneau central – destiné à Vinci – ils réclament une rallonge de 100 ducats. Les moines n’en proposent que 25. Re-aïe. Cet écart conduit les artistes à céder la peinture à un riche connaisseur, prêt à payer sans négocier. Plus tard, Vinci et les franciscains s’entendront sur un prix et une seconde version sera réalisée, identique à l’originale.

La vierge aux Rochers

“Lourdes” par LeFauxCyclope (Wipplay.com)

Mais entre temps, la première version va subir certains changements. Son nouveau propriétaire souhaite notamment voir le doigt de l’ange dirigé vers Jean-Baptiste. Cette nouvelle main offre une chorégraphie géniale qui vient pointer une triplette de mystères : Immaculée Conception, Incarnation de Dieu et prophétie de Jean-Baptiste. Le petit cousin – déjà proche de Marie – attire encore plus les regards. En bon prophète, il capte la lumière avant tout le monde et tient le rôle d’éclaireur. La position est séduisante, surtout pour les esprits de la Renaissance en quête de connaissance…

De deux choses lune.

Vinci évoque ici l’Immaculée Conception. L’idée de la doctrine ? Avant même la création du monde, Dieu façonne la Vierge en tant que pur réceptacle pour le fils. Au-delà des symboliques rocailleuses, l’Immaculée Conception est parfois illustrée par un passage de l’Apocalypse qui raconte qu’une femme sur le point d’accoucher  apparait dans le ciel vêtue de soleil avec la lune sous ses pieds. Traduction : le soleil représente la lumière de Dieu, la Lune symbolise les ténèbres foulées par la Madone qui parvient à enfanter tout en étant préservée du péché.

A première vue, La Vierge aux Rochers semble assez loin de la Femme de l’Apocalypse. Bien ancrée au sol, Marie a déjà accouché. Elle ne piétine plus la lune ténébreuse et ne profite d’aucun soleil. Mais les astres ont-ils disparu pour autant ? En revenant au repli de sa robe, le mystérieux croissant apparait de plus belle… Cette forme-là renverrait aux ténèbres ? Impossible. Ça ferait tâche, surtout pour une Immaculée. Ne pourrions-nous pas considérer une autre symbolique, une autre phase de lune qui soit plus lumineuse ?

La Vierge aux Rochers

“Rendez-vous” par Philippe Contal (Wipplay.com)

Depuis des lustres, la lune renvoie de belles qualités : non seulement symbole de gestation, elle a aussi le pouvoir d’éclairer la nuit. C’est précieux. Tout le tourbillon de la composition converge d’ailleurs vers elle. Dans cette sacrée spirale, la trajectoire des nourrissons se dessinent. Le petit Jésus – assis au bord du précipice – se prépare aux sacrifices à venir, mais qu’en est-il de Jean-Baptiste ? En le plaçant tout proche du croissant doré, Vinci aurait-il construit un lumineux parallèle ? La lune et Jean-Baptiste ne sont-ils pas deux passeurs ? L’astre de nuit renvoie les rayons du soleil alors que le baptiseur “éclaireur” annonce le divin. Voilà de quoi réfléchir un peu… la lumière.

Louvre Ravioli

* Si vous aimez l’article, n’hésitez pas à le partager. Sa visibilité ira croissant. // Pour discuter & réagir, n’hésitez pas à écrire en bas de page ou sur ma page FaceBook. // N’oubliez pas de cliquer sur les textes en gras, de “l’icono cadeau” se cache dessous.

** Sources :  Les dossiers du Service de la Documentation du Louvre dont ce précieux dossier Représenter le divin : la Vierge aux Rochers (sur l’Immaculée Conception) // Léonard de Vinci par Franck Zöllner (qui décrit la symbolique des plantes et le dialogue des roches) // Les illustrations du texte sont l’oeuvre des photographes qui se retrouvent sur Wipplay.

*** Lire aussi :  FACE CONTRE CIEL  qui fait son clin d’oeil à L’Homme de Vitruve par Vinci, MATIÈRES A REFLEXION sur un autre jeu de lumière.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>